La Mammographie

Mise à jour: Janvier 2017

 
La mammographie est une radiographie des seins réalisée par un appareil spécifique appelé mammographe. La construction de l'image se fait par absorption de rayons X. La mammographie utilise des rayons X et aucune lésion radio-induite n'a été démontrée depuis que cette technique existe, la dose de radiations étant généralement très faible.

La mammographie conventionnelle (ou analogique, ou « classique ») produit une image imprimée sur un film argentique (un cliché). La mammographie numérique construit l'image à partir de la valeur numérique de chacun des points. Dans ce dernier cas une image électronique du sein est produite avant d’être sauvegardé sur ordinateur où elle subira une optimisation (manipulation du degré de contraste dans les zones les plus denses notamment) avant d’être visualisée. Cette image électronique peut également être imprimée sur film, stockée, copiée ou interprétée à distance.

La mammographie numérique semble plus précise pour les femmes de moins de 50 ans, c’est-à-dire pour les femmes ayant des seins plus denses.

Grace à l’archivage numérique, l’examen du jour sera comparé sur console à vos anciens examens. Cette procédure comparative permet une comparaison fine des examens dans le temps et une amélioration de la détection précoce d’anomalies. Elle permet également une meilleure analyse de la peau et délivre une irradiation inférieure à la mammographie analogique.

L'examen est pratiqué de préférence entre le 5ème et le 17ème jour du cycle si possible. Il consiste
à comprimer à tour de rôle les deux seins puis à les exposer à une faible dose de rayons X. La compression est obtenue par une pelote de compression spécialement conçue pour ce type d'exploration et réglée par la manipulatrice spécialisée pour qu'elle soit indolore et parfaitement tolérée par la patiente. Cette compression, sans écrasement du sein, permet l'étalement des tissus mammaires, ce qui facilite la visualisation des structures du sein et permet de réduire la dose de rayons X délivrée. 2 à 3 clichés par sein sont effectués selon les cas et parfois plus pour approfondir l’examen.

Le compte-rendu de la mammographie doit être conclu selon la classification BI-RADS de l’ACR (American College of Radiology) avec la conduite à tenir correspondante, et doit aussi indiquer la densité du sein selon les 4 niveau de densité décrits également par l’ACR.

La densité des seins


Les images de base


1-Les masses

    -Forme



    -Contour



    -Densité



2-Les autres anomalies



3-Les calcifications

    -Celles qui sont typiques:



    -Selon la forme:



    -Selon la répartition:








 

LaClassification en 6 catégories des images mammographiques - Correspondance avec le système birads de l'American College of Radiology (ACR)

D'après la classification BI-RADS de l'ACR adaptée par l'ANAES


ACR 0 : des investigations complémentaires sont nécessaires

-comparaison avec les documents antérieurs, incidences complémentaires, clichés centrés comprimés, aggrandissement de microcalcifications, échographie, etc.

-c'est une classification "d'attente", qui s'utilise en situation de dépistage ou dans l'attente d'un second avis, avant que le second avis soit obtenu ou que le bilan d'imagerie soit complété et qu'ils permettent une classification définitive


ACR 1 : mammographie normale


ACR 2 : anomalies bénignes ne nécessitant ni surveillance ni examen complémentaire:

-opacité ronde avec macrocalcifications (adénofibrome ou kyste)

-ganglion intra mammaire

-opacité(s) ronde(s) correspondant à un/des kyste(s) typique(s) en échographie

-image(s) de densité graisseuse ou mixte (lipome, hamartome, galactocèle, kyste huileux)

-cicatrice(s) connue(s) et calcification(s) sur matériel de suture

-macrocalcifications sans opacité (adénofibrome, kyste, adiponécrose, ectasie canalaire sécrétante, calcifications vasculaires, etc.)

-microcalcifications annulaires ou arciformes, semi-lunaires, sédimentées, rhomboédriques

-calcifications cutanées et calcifications punctiformes régulières diffuses


ACR 3 : anomalie probablement bénigne pour laquelle une surveillance à court terme est conseillée ou une biopsie peut être parfois proposée:

-microcalcifications rondes ou punctiformes régulières ou pulvérentes, peu nombreuses, en petit amas rond isolé

-petit(s) amas rond(s) ou ovale(s) de calcifications amorphes, peu nombreuses, évoquant un début de calcification d'adénofibrome

-opacité(s) bien circonscrite(s), ronde(s) ou ovale(s) ou discrètement polycyclique(s) sans microlobulation, non calcifiée(s), non liquidiennes en échographie

-asymétrie focale de densité à limites concaves et / ou mélangées à de la graisse


ACR 4 : anomalie indéterminée ou suspecte qui indique une vérification histologique

-microcalcifications punctiformes régulières nombreuses et / ou groupées en amas aux contours ni ronds, ni ovales

-microcalcifications pulvérulentes groupées et nombreuses

-microcalcifications irrégulières, polymorphes ou granulaires, peu nombreuses

-image(s) spiculée(s) sans centre dense

-opacité(s) non liquidienne(s) ronde(s) ou ovale(s) aux contours lobulés, ou masqué, ou ayant augmenté de volume

-distorsion architecturale en dehors d'une cicatrice connue et stable

-asymétrie(s) ou surcroît(s) de densité localisé(s) à limites convexes ou évolutif(s)


ACR 5 : anomalie évocatrice d'un cancer

-microcalcifications vermiculaires, arborescentes ou microcalcifications irrégulières, polymorphes ou granulaires, nombreuses et groupées

-groupement de microcalcifications quelle que soit leur morphologie, dont la topographie est galactophorique

-microcalcifications associées à une anomalie architecturale ou à une opacité

-microcalcifications groupées ayant augmenté en nombre ou dont la morphologie et la distribution sont devenues plus suspectes

-opacité mal circonscrite aux contours flous et irréguliers

-opacité spiculée à centre dense


La classification tiendra compte du contexte clinique et des facteurs de risque.

La comparaison avec des documents anciens ou le résultat d'investigations complémentaires peuvent modifier la classification d'une image : une opacité ovale régulière classée ACR 3 mais présente sur des documents anciens peut être reclassée ACR 2, quelques calicifications résiduelles après prélèvement percutannée contributif bénin d'un amas classé ACR 4 peuvent être reclassées ACR 2, etc.






Retour vers: Cancer du  sein