La pilule contraceptive

Mise à jour janv 2015

 

La pilule contraceptive est un produit contenant deux hormones de synthèse : un estrogène et un progestatif.  Elle agit principalement en bloquant l’ovulation. On peut considérer qu’elle bloque les secrétions hormonales ovariennes et s’y substitue en apportant  à la place les hormones nécessaires (estrogènes et progesterone) en quantité déterminée. Elle évite en cela certaines variations hormonales physiologiques intempestives.

Les différentes pilules


Selon les dosages de l’estrogène (qui est toujours le même ; c’est l’ethinyl-estradiol)
  Il existe des pilules à 50, 35, 30 20 et 15 microgrammes d’estrogène.

Selon la nature et le dosage du progestatif

Selon les variations des dosages au cours du cycle:

oPilules monophasiques : tous les comprimes de la plaquette ont les mêmes composants et aux mêmes doses.

oPilules bi ou triphasiques : variations de dosages des composants au cours du cycle.

oSelon le nombre de comprimé par plaquette: 21 comprimés par cycle en général, avec un arrêt d’une semaine. Parfois 28 comprimés (les derniers de couleur différente ne contenant aucun principe actif.

Efficacité


Elle est proche de 100%, sauf en cas d’oubli !
L’efficacité contraceptive commence dès la prise du premier comprimé si on la commenceen début de cycle, et ce tout au long du cycle, même pendant la période d’arrêt.

Mode d’emploi


Pour la première fois, prendre le premier comprimé dès le début des règles (disons l’un des trois premiers jours), puis un comprimé par jour jusqu’à la fin de la plaquette, c’est-à-dire en général pendant 21 jours pour les pilules les plus courantes, à peu près à la même heure. Ensuite, attendre 7 jours avant de reprendre une nouvelle plaquette ce qui permet de recommencer le même jour de la semaine pour éviter les erreurs.  Ensuite,  on ne tient plus compte des règles ; elles arrivent toujours au même moment pendant la période d’arrêt mais on respecte toujours la séquence : une semaine de pilule-une semaine de pilule-une semaine d’arrêt, etc.
Cela est le schéma classique, traditionnel, avec règles.  Il faut cependant savoir, ce qui est encore trop peu connu, que la pilule peut être prise en continu, sans semaine d’arrêt, c’est-à-dire sans règles. Cela présente certains avantages et ne comporte aucun inconvénient pour la sante. Libre à vous de l’arrêter une semaine de temps en temps afin d’avoir des règles par exemple tous les trois mois, tous les 6 mois ou tous les ans. On parle de pilule saisonnière, semestrielle ou annuelle…

Avantages
Ils sont nombreux...

Elle est très efficace, se positionnant parmi les meilleures méthodes en terme d’efficacité.

Elle est généralement très bien toléré.

Elle est réversible dès l’arrêt et une grossesse est possible sans risque dès l’arrêt de la pilule : il n’est pas nécessaire d’attendre quelques mois avant d’être enceinte.

Elle donne des cycles parfaitement réguliers.

Elle donne des règles moins abondantes, ce qui est plus confortable et ne présente aucun inconvénient pour la santé.

Elle supprime la plupart des douleurs du bas ventre, particulièrement celles qui sont liées au fonctionnement des ovaires et qui sont les plus fréquentes. Elle est particulièrement indiquée en cas d’ovaires polykystiques.

Elle met à l’abri des accidents de l’ovulation (hémorragie par rupture de follicule, hémorragie du corps jaune, etc.

Elle met à l’abri des grossesses extra-utérines.

Elle évite la plupart des kystes ovariens fonctionnels.

Elle peut dans certains cas faire disparaître les douleurs de règles.

La prise de pilule en continu peut également permettre de faire disparaître les migraines cataméniales (c’est-à-dire les migraines survenant tous les mois au moment des règles) ainsi que les règles douloureuses rebelles.

Elle évite l’épaississement excessif de l’endomètre (=hyperplasie de l’endomètre) et par ce biais elle évite les règles hémorragiques et le cancer de l’endomètre (ce cancer survenant chez des femmes âgées mais ayant un terrain d’hyperplasie endométriale ancienne.

Elle représente un excellent traitement (parmi d’autres) de la pré-ménopause.

Elle diminue le risque de cancer de l’ovaire.

Enfin, elle peut également améliorer l’acnée, la peau grasse et la chute des cheveux,  à condition d’utiliser une pilule dont le progestatif a des effets anti-androgéniques.
 

Inconvénients
Il peut y avoir de petits saignements (spotting) en cours de plaquette, surtout lors des premières plaquettes. Cela disparaît généralement en quelques mois. Dans le cas contraire il faut en parler au médecin.  
Les règles qui sont peu abondantes peuvent parfois disparaître complètement. Cela ne devrait pas être considéré comme un inconvénient mais il est possible d’y remédier en jouant sur les composants de la pilule.
Il peut y avoir des nausées. Il faut alors la prendre au milieu des repas et éventuellement diminuer la dose d’estrogènes.
Il peut y avoir quelques douleurs et gonflements des seins. Cela est sans danger et il est possible de la continuer. Parfois un changement de pilule sera indiqué.

En fait le principal inconvénient est qu'il s'agit d'une méthode à ne pas oublier chaque jours, ce qui peut représenter une contrainte non négligeable pour certaines personnes.

Contre-indications

Les antécédents thrombo-emboliques (phlébites, embolies pulmonaire).

L’hypertension artérielle.

Certains cancers.

Le tabagisme à partir de 35 ans.

L’hypercholestérolémie familiale. En effet seule cette dernière, qui est caractérisée par des taux de cholestérol très élevés, est une contre-indication à la pilule. Un cholestérol simplement limite n’est pas une contre-indication et la pilule ne provoque pas d’élévation significative du cholestérol.

Votre médecin aura dans tous ces cas un rôle conseil essentiel.

Les idées fausses
En vrac et sans rentrer dans des détails trop techniques  quelques réponses à des idées fausses bien que répandues. 
Les femmes doivent savoir que :

•La pilule ne fait pas grossir, ne rend pas stérile, ne favorise pas non plus des grossesses multiples  et ne favorise pas  le cancer.

•Il n’est pas nécessaire d’arrêter la pilule plusieurs mois avant une grossesse.

•Il ne sert à rien d’arrêter la pilule, de temps en temps, « pour voir».

•L’association pilule et tabac est possible mais pas après 35 ans.

•Il n’y a pas d’âge minimum pour commencer la pilule. On peut la prendre dès qu’un besoin contraceptif est nécessaire, même chez les jeunes filles.

•Enfin, en l’absence de contre-indication, il est possible de prendre la pilule jusqu’à la ménopause.

Quelques questions

Que faire en cas de  vomissement ou de diarrhée importante dans les 4 h qui suivent la prise du comprimé ?
Reprendre un autre comprimé (si possible de même couleur si votre plaquette comporte différents dosages).

A quelle heure prendre la pilule ? Il n’y a pas d’heure particulière. On dit souvent le soir au coucher, mais l’important est de choisir une heure qui vous permette de ne pas l’oublier, en l’associant à une activité quotidienne  (petit déjeuner, trousse à maquillage, brossage des dents…)

Que faire en cas d’oubli ?
- en cas d'oubli de moins de 12 heures: 
Reprendre le comprimé oublié et continuer votre plaquette normalement
- en cas d'oubli de plus de 12 heures: 
Prenez le comprimé oublié puis les autres normalement mais il faut utiliser en même temps une contraception locale efficace (préservatifs) jusqu'à la reprise de la plaquette suivante y compris pendant les règles. Si vous avez eu des rapports sexuels dans les 5 jours précédant l'oubli, il faut prendre une contraception d'urgence. Si l’oubli porte sur la dernière semaine de la plaquette, il faut prolonger les précautions contraceptives supplémentaires jusqu'au 14ème comprimé de la plaquette suivante.

Comment changer l’heure de la prise de pilule ?
Il vaut mieux faire le changement en début de plaquette (toujours en avançant l'heure). Ne pas perdre de vue que le décalage ne doit pas dépasser 12 h.

  1. Comment gérer les voyages lointains avec décalages horaires ?  Continuez de prendre la pilule à l'heure de votre pays de départ  si possible ; sinon faites attention à ne pas avoir de décalage supérieur à 12 h.  Vous pouvez par contre avancer l’heure de la prise sans inconvénient.



RETOUR VERS: GYNÉCOLOGIE MÉDICALE