Le sexe foetal

 

La reconnaissance du sexe foetal est bien souvent la première question posée à l’échographiste. Il faut bien sûr y répondre lorsque cela est possible. Mais il faut attendre la question car toutes les femmes ne souhaitent pas connaître le sexe à l’avance et il faut éviter les gaffes.

Il est prudent d’attendre le deuxième trimestre pour se prononcer. Cependant dans certains cas le diagnostic de sexe peut être faisable vers 11-13 SA, l’orientation du tubercule génital pouvant donner une orientation diagnostique: proche de la verticale chez le garçon et proche de l’horizontale chez la fille, le plan rachidien définissant l’horizontale.

Le sexe féminin

L’identification du sexe repose sur la mise en évidence d’une vulve et sur l’absence de pénis. Sur une coupe du siège, perpendiculaire à l’axe des cuisses, la vulve dessine un relief en « m », formé des petites et grandes lèvres, encadrées par le relief des fesses. La coupe tangentielle aux cuisses identifie la fente génitale entourée des deux bandes hypoéchogènes des petites lèvres puis des bourrelets hyperéchogènes (présence de tissu graisseux) des grandes lèvres, l’ensemble formant l’image ovalaire typique en « grain de café ». Enfin, sur une coupe sagittale antérieure passant entre les cuisses, la vulve forme une simple saillie arrondie, avec surtout l’absence évidente de pénis.

Le diagnostic de sexe peut être rendu difficile par la position fœtale, la présence du cordon, l’oligo-amnios. Il est prudent de se prononcer sur au moins deux plans de coupe, ou de ne pas se prononcer   du tout. Le mode 3D-4D n’apporte pas une sensibilité supérieure pour le diagnostic.

Le sexe masculin

Le diagnostic de sexe masculin repose sur l’identification des bourses et du pénis. Vers 11-12 SA, le pénis est souvent repérable chez le fœtus mâle. Les coupes transversales ou tangentielles dégagent habituellement bien le relief des bourses avec un cloisonnement plus ou moins net. Les testicules forment un renforcement échogène ovoïde, parfois entouré et souligné par une lame liquidienne  Cette lame liquidienne peut être importante, symétrique ou non, uni- ou bilatérale, mais elle correspond toujours à une hydrocèle physiologique (en l’absence d’ascite).

Les testicules commencent à apparaître dans les bourses (un seul ou les deux) à partir de 25 SA et ils sont pratiquement toujours présents après sept mois.